Prochain Journal Club: mardi 5 avril à12h00 – Fondation DigestScience

Vitamin D deficiency in HIV-infected patients: associated with non-nucleoside reverse transcriptase inhibitor or efavirenz use?
Pasquet A, Viget N, Ajana F, de la Tribonniere X, Dubus S, Paccou J, Legroux-Gérot I, Melliez H, Cortet B, Yazdanpanah Y.
AIDS. 2011 Mar 27;25(6):873-4

Maladies intestinales : les probiotiques ont-ils un rôle ?

Le Figaro, 14/03/2011 (Par JL Nothias)
La réponse de Pierre Desreumaux, Directeur de l’unité Inserm U995, gastro-entérologue au CHU de Lille.

Les probiotiques sont des micro-organismes vivants (bactéries, virus, phages, parasites ou levures) qui exercent une action bénéfique sur l’hôte après administration. L’évaluation de l’intérêt thérapeu­tique des probiotiques dans les maladies intestinales nécessite la réalisation d’essais rigoureux, randomisés, en double aveugle, contre placebo, comme ceux que l’on réalise pour tester un médicament. En utilisant ces critères, certains probiotiques ont montré une efficacité pour la prévention et/ou le traitement des gastro-entérites de l’enfant, des diarrhées induites par certains antibiotiques et la prise en charge de la colopathie fonctionnelle, encore appelée «côlon irritable».
Les diarrhées de l’enfant sont fréquentes, souvent d’ori­gine virale, spontanément résolutives en moins de trois jours. Plusieurs essais thérapeutiques ont montré l’effet préventif et thérapeutique de l’administration de lactobacilles, bifidobactéries, certains streptocoques… sur la fréquence d’épisodes de gastro-entérites aiguës et leur intensité. Chez des enfants à risque de gastro-entérites, l’administration de probiotiques diminue la durée de l’épisode de 0,8 jour en moyenne et favorise l’éli­mi­nation virale.

Aliment médicament

Pour les diarrhées induites par des antibiotiques, l’administration systématique de Lactobacillus GG en même temps que l’antibiothérapie diminue de trois fois le risque de diarrhée. En ce qui concerne les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (Mici), qui regroupent la maladie de Crohn (MC) et la rectocolite hémorragique (RCH), il n’y a actuellement aucune preuve de l’efficacité des probiotiques dans la MC. Pour la RCH, les probiotiques n’ont pas prouvé leur efficacité dans le traitement de la maladie active. Ils peuvent avoir un intérêt dans le maintien de la rémission.
L’intérêt majeur des probiotiques est la prise en charge des malades atteints de colopathie fonctionnelle. La colopathie fonctionnelle est une maladie fréquente (10% de la population) qui se caractérise par des douleurs abdominales et des ballon- nements associés à des troubles du transit, sans que l’intestin présente de lésion visible. C’est une maladie chronique, plus fréquente chez la femme que chez l’homme, avec un pic de fréquence entre 30 et 50 ans. Elle est invalidante mais ne se complique jamais. Une méta-analyse regroupant 1650 patients souffrant de colopathie fonctionnelle démontre l’efficacité des probiotiques.
Globalement, les probiotiques diminuent la douleur abdominale d’environ 30% par rapport aux patients recevant le placebo. Ces probiotiques sont souvent des souches appartenant aux groupes des lactobacilles et/ou des bifidobactéries. Plus récemment, une diminution significative de plus de 60% de la douleur et du dysconfort intestinal a également été obtenue grâce à un traitement quotidien par une levure, Saccharomyces cerevisiae. Dans toutes ces études, les probiotiques étaient bien tolérés, sans effet indésirable, avec une amélioration clinique disparaissant rapidement à l’arrêt du traitement, d’où l’intérêt d’un traitement quotidien au long cours.

Les vingt dernières années ont été marquées par la multiplication d’études scientifiques et thérapeutiques rigoureuses qui ont fait passer les probiotiques d’un statut de médecine folklorique à celui d’aliment médicament.
L’effet thérapeutique d’un probiotique dépend de plusieurs facteurs: Lire la suite dans “Le Figaro”